Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2008

Compendium suisse: effets secondaires de l'Enantone chez les enfants (puberté précoce centrale)

Rappelons d'abord que l’Enantone s’appelle Lucrin en Suisse, Nouvelle-Zélande et en Australie. Et qu'il s'agisse d'Enantone, de Gardasil enfant nounours.jpgGonapeptyl, Décapeptyl, Diphéréline, Trelstar, Prostap, Procrin, etc., tous ces médicaments sont du pareil au même. Ils composent la classe des analogues agonistes GnRH et ont tous les mêmes effets et les mêmes effets indésirables.

 

La notice du Compendium suisse des médicaments (équivalent de notre Vidal) décrit les effets secondaires de l'Enantone/ Lucrin chez les enfants traités pour puberté précoce centrale (c'est-à-dire une puberté intervenant AVANT l'âge de 8 ans chez les jeunes filles et de 10 ans chez les garçons). Au-delà de cet âge, la puberté est considérée comme normale, même si elle prend de court parents et enfants.

La puberté arrive de plus en plus tôt au fil des générations, pour toute une série de raisons, parmi lesquelles figurent l'exposition de l'organisme à des perturbateurs endocriniens, qui sont des substances agissant comme des hormones (pesticides, phytoestrogènes, phtalates, dioxines, etc.) et interférant avec le système endocrinien des êtres humains.

Extrait de la notice de l'Enantone/Lucrin contenue dans le Compendium suisse des médicaments  :

« Du fait de l'effet stimulant naturel de l'acétate de leuproréline [nom générique de l’Enantone], les taux des gonadotrophines et des stéroïdes dépassent les valeurs basales usuelles au début du traitement. C'est pourquoi on peut observer une accentuation transitoire des signes et symptômes cliniques.

Pour le reste, les effets indésirables observés chez l'enfant sont pour l'essentiel les mêmes que ceux observés chez l'adulte lors de l'utilisation de Lucrin dans d'autres indications.

Chez l'enfant, on observe parfois en outre: des douleurs généralisées, un érythème polymorphe et une séborrhée. Des réactions locales graves au point d'injection (p. ex. abcès) peuvent survenir après une injection s.c. [sous-cutanée] comme après une injection i.m. [intramusculaire].

On a également signalé les phénomènes suivants: odeur corporelle, fièvre, infections, syncope, vasodilatation, dysphagie, gingivite, accélération de la maturité sexuelle, instabilité émotionnelle, troubles de la personnalité, épistaxis, alopécie, vergetures, douleurs mammaires, lactation, incontinence d'urine.

Généralement

On peut également observer des céphalées, des troubles du sommeil, un état dépressif, une nervosité, une fatigue, des vertiges, des nausées/vomissements, une prise de poids ou une diminution de poids, une diarrhée, une constipation, des troubles abdominaux, des paresthésies/fourmillements, des troubles visuels. On a également décrit des douleurs dorsales et des membres, une élévation ou une baisse de la pression artérielle. »

Commentaires

bjr ma fille de 7 ans va etre traité par enantole je m'inquiete car je vois qu'il y a pas mal d'effets indésirables! contrairement a ce que dit mon endocrinologue j'hésite de lui faire administrer ce médicament, pourriez vous m'aider?

Écrit par : antonio | 09/03/2011

Répondre à ce commentaire

Ma fille de 8 ans va être traitée au Décapeptyl pour cause de puberté précoce. Je ne suis pas rassurée en raison des effets secondaires.

Écrit par : SORBA | 26/08/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J'ai répondu à Bernadette, mais la réponse vaut tout aussi bien pour vous. C'est ici, à la suite d'un article consacré à la puberté précoce, dont au sujet qui vous intéresse:

http://enantone-effets-secondaires.hautetfort.com/archive/2008/06/01/puberte-precoce-attention-a-l-erreur-de-diagnostic-une-etude.html

Evitez tout traitement, votre fille a dépassé la limite d'âge.

Bon courage!

Écrit par : Victimes Enantone Décapeptyl | 08/01/2012

Répondre à ce commentaire

Ma fille de 11,5 ans (1,35 m) a une taille cible de 1,55 m à l'âge adulte. Un médecin d'hôpital nous propose un traitement (Enantone je crois) pour freiner le démarrage de sa puberté et essayer de gagner de l'ordre de 2 à 5 cm à l'âge adulte. Ce traitement comporte-t-il des risques à cet âge ? Le bénéfice en vaut-il la peine (et le risque) ?

Écrit par : christophe | 19/01/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire