15/07/2009

Exérèse, seule efficace en endométriose exérèse (Dr David Redwine). Conseils de lecture

Un texte plus détaillé et mis à jour, traduisant l'article du Dr David Redwine sur les causes, les symptômes et les traitements de l'endométriose, avec l'accent mis sur le seul traitement efficace - l'exérèse chirurgicale radicale conservatrice - est disponible sur le site PHARMACRITIQUE.

"Redéfinir l'endométriose à l'âge moderne": Dr David Redwine sur l'endométriose et son traitement par exérèse radicale conservatrice".

 

Deux autres articles vont dans le même sens et valent le détour:

 

Nous conseillons vivement la lecture régulière de ce site

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/

 

qui permet de comprendre l'étendue de l'influence de l'industrie pharmaceutique sur l'ensemble du système de santé, de formation médicale initaile et continue, sur l'information médicale et grand public. Vous apprendrez que les médecins lisent pour la plupart une presse financée par les laboratoires pharmaceutiques, dans laquelle il est dificile de distinguer l'information (déjà biaisée) de la publicité...

Lisez par exemple cet article: "Presse médicale, moyen d'influence et de publicité pharmaceutique", avec des exemples français de journaux médicaux que les médecins reçoivent tous les jours... Entre autres tares structurelles, on peut noter qu'il n'y a aucune déclaration des conflits d'intérêts...

Ou celui-ci: "La presse médicale: organe publicitaire de l'industrie pharmaceutique pour la dé-formation médicale continue..."

Vous comprendrez que le jugement des médecins ne peut qu'être faussé aussi parce que leur formation médicale continue est financée à 98% par les laboratoires pharmaceutiques, dans les articles réunis sous la catégorie "Formation médicale continue sous la coupe des firmes", accessibles du plus récent au plus ancien en descendant sur cette page.

Les médecins et leurs prescriptions sont influencés aussi par les VRP des laboratoires, les visiteurs médicaux, qui usent de méthodes de manipulation et de persuasion très diverses, dans les articles de la catégorie "Visiteurs médicaux, délégués médicaux, VRP pharma", à partir de cette page.

 

En lisant Pharmacritique, vous comprendrez que beaucoup d'associations de malades sont elles-mêmes financées par l'industrie pharmaceutique qui les instrumentalise pour mieux faire de la publicité (déguisée et indirecte, donc d'autant plus efficace) pour leurs médicaments. Voir les articles sur les conflits d'intérêts des associations, à partir de cette page.

Il y a beaucoup d'aspects détaillés et analysés sur Pharmacritique, qui nous font comprendre à quel point l'industrie pharmaceutique contrôle toute la chaîne du médicament, depuis la recherche médicale jusqu'à l'information - raison pour laquelle l'on parle désormais d'un ghost management: une gestion invisible, mais omniprésente de tous les rouages du système.

 

 

Fraudes et moyens d'influence et de manipulation moins visibles

Il n'y a pas que la fraude médicale, scientifique directe, comme dans le cas du Dr Scott Reuben, il y a aussi les formes de manipulation de la recherche médicale, les fausses revues médicales (voir cette page et celle-ci) et toutes sortes de moyens d'influence et de manipulation, issus des préceptes du marketing pharmaceutique, pour maximiser le commerce. La liste des catégories à gauche de la page de Pharmacritique vous permet d'accéder aux articles groupés par sujet.

Une fraude médicale majeure directement liée à l'endométriose, et notamment à l'autorisation des analogues agonistes GnRH (médicaments tels Enantone, Décapeptyl, zoladex, synarel... ) en endométriose et en préopératoire dans les fibromes utérin est évoquée et documentée dans cet article  et dans celui-ci. Le laboratoire Takeda Abbott y est impliqué, et ce même laboratoire a par ailleurs été condamné pour corruption, fraude et conspiration pour faire prescrire l'Enantone (les preuves sont apportées dans le même article).

Les leaders d'opinion, "pantins du commerce pharmaceutique" (grands professeurs ou médecins bien placés pour influencer les autres, dans les comités de rédaction des revues médicales, dans les associations de malades (comités scientifiques), dans les hôpitaux de référence, en tant qu'experts auprès des agences et autorités sanitaires, en tant que conseillers dans les médias grand public, etc.) sont un rouage essentiel de ce contrôle omniprésent; ils sont placés aux articulations stratégiques du système de soins, pour pouvoir l'influencer et l'instrumentaliser dans le sens des intérêts économiques des laboratoires qui les paient (comme consultants, conférenciers, membres des comités de pilotage pour tel médicament, etc.)

Impossible de détailler ici tous les sujets abordés sur Pharmacritique.

Un article très synthétique est celui écrit à partir du cas du Médiator: Faut-il avoir peur des médicaments? reprenant le titre d'un débat sur la La chaîne parlementaire auquel l'auteur du blog, Elena Pasca, a participé. Merci à elle d'avoir abordé aussi l'endométriose et ses traitements, dont le seul efficace et digne de ce nom est l'exérèse chirurgicale radicale conservatrice.

Faites appel à votre sens critique devant toute prescription!

 

 


Les traitements hormonaux de l’endométriose: inutiles, risqués et contre-productifs

Un texte plus détaillé et mis à jour sera publié bientôt.

04/11/2008

L'hormonothérapie du cancer localisé de la prostate n'améliore pas la survie et a des effets secondaires importants

Enantone.jpgClaude Béraud est professeur d’hématologie et membre du Conseil scientifique de la Mutualité française. Sur son blog, il aborde divers sujets relevant de la pratique clinique. Au mois de juillet 2008, il rend compte d’une grande étude observationnelle ayant pour objectif de voir si l’hormonothérapie – le traitement par agonistes GnRH de type Enantone, Décapeptyl, Zoladex, Bigoniste, Eligard - améliore les chances de survie des hommes âgés souffrant d’un cancer de la prostate localisé. Non seulement ce n'est pas le cas, mais en plus, les effets secondaires d'Enantone, Décapeptyl et les autres diminuent fortement la qualité de vie des malades et peuvent être sévères: diabète, crise cardiaque, etc.

Nous citons ici le texte intégral tel qu’il figure sur le blog du Pr Béraud. Ca vaut le détour !!

 

 

Le traitement hormonal du cancer localisé de la prostate n’améliore pas la survie

 

« La très grande majorité des cancers de la prostate (85%) sont découverts chez des hommes de plus de 65 ans à un stade localisé (T1 ouT2). Divers traitements ont été proposés notamment la chirurgie ou la radiothérapie mais aussi la simple surveillance, éventuellement suivie d’une intervention si des complications apparaissent. Une thérapeutique hormonale semble dans une nouvelle étude sans utilité pour ces malades.

Pourtant cette thérapeutique est probablement largement prescrite aux malades qui n’ont pas choisi le traitement chirurgical ou radiothérapique. Les bénéfices de cette prescription sont mal connus. Par contre les risque du traitement sont fréquents et parfois graves : fractures, diabète, infarctus du myocarde prise de poids, gynécomastie, bouffées de chaleur, impuissance. Une étude observationnelle vient d’être publiée pour évaluer les bénéfices sur l’espérance de vie de ce traitement hormonal dans les cancers localisés.[1].

Les malades sélectionnés au nombre de 19271 avaient un âge médian de 77 ans. Aucun , par définition, n’avait bénéficié d’un traitement chirurgical ou radiothérapique. Les données sur leur état de santé, venant de leur service d’assurance maladie (Medicare), étaient très détaillées et permettaient une connaissance approfondie des facteurs habituels de confusion observés dans les études observationnelles.

Parmi ces 19271 malades atteints d’un cancer localisé : 7867 ( 41%) avaient reçu un traitement à visée hormonale soit une orchidectomie soit un agoniste de la LHRH ( Luteinizing Hormone Releasing Hormone [appelés aussi agonistes de la GnRH : gonadotrophin-releasing hormone]). Le diagnostic avait été porté entre 1992 et 2002 et le suivi médian de la survie était de 81 mois.

Les sujets ayant reçu un traitement hormonal ont été comparés à ceux qui n’avaient pas reçu de traitement. Les deux groupes différaient dans certaines de leurs caractéristiques notamment les sujets sans traitement avaient un taux de cancers bien différentiés plus important et un taux de cancers pauvrement différentiés plus faible.
Ces données constituaient un biais attendu par les auteurs car la décision de traiter ou non dépend du choix des patients mais également de l’opinion des médecins qui ont tendance à ne pas traiter les sujets dont les biopsies montrent une tumeur bien différentiée d’un meilleur pronostic.

La mortalité globale et celle liée spécifiquement au cancer étaient les deux critères étudiés.
Les covariables enregistrées étaient très nombreuses et couvraient les modes de vie, l’habitat les caractéristiques histologiques de la tumeur, son stage et le score de Gleason.

Une méthodologie connue des épidémiologistes, depuis plusieurs années, mais encore peu employée l’Instrumental Variable Analysis (IVA), fut utilisée en complément des techniques habituelles de régression afin de minimiser les biais cachés inhérents à toutes les études qui ne sont pas randomisées (cf. encadré)

Durant le suivi, allant de 1999- 2002 à décembre 2006 pour toutes les causes de mortalité et au 01 janvier 2005 pour la mortalité liée au cancer, furent observées, chez les 19271 malades, 1560 décès par cancer de la prostate et 11045 décès liés à l’ensemble des causes.

Lors d’une analyse statistique classique (modèle de Cox), les auteurs constatèrent une survie diminuée en raison d’une plus grande mortalité par cancer ou par une autre cause chez les sujets ayant reçu un traitement à visée hormonale.

Lorsque l’IVA fut utilisée une faible augmentation de la mortalité par cancer persistait mais la durée totale de survie n’était pas modifiée (82 mois). Qui plus est chez les hommes dont les cancers étaient à bas risque, en raison d’une forte différentiation histologique de la tumeur, le traitement hormonal diminuait la survie. Pour expliquer cette constatation les auteurs évoquent la possibilité du développement des cellules les moins différentiées de la tumeur sous l’influence du traitement hormonal.

Les études comparant le traitement hormonal à un traitement conservateur consistant à surveiller le patient et à intervenir en cas de complication sont peu nombreuses souvent non comparatives et ont un suivi limité dans le temps. Une étude randomisée utilisant un anti-androgène (le bicalutamide [Casodex]) conclut à une diminution de la survie chez les malades traités. D’autres études vont dans le même sens : le traitement hormonal n’apporte pas un réel bénéfice sauf peut être dans les groupes de sujets à haut risque.

Conclusion

Les sujets âgés, atteints d’un cancer localisé de la prostate, auxquels est prescrit un traitement hormonal, ne tirent aucune utilité de ce traitement mais doivent en subir les effets indésirables. Compte tenu d’un rapport bénéfices/risques manifestement défavorable, sachant aussi le coût économique d’un traitement dont les prescriptions semblent plus nombreuses ces dernières années, il est raisonnable chez les hommes âgés de plus de 70 ans atteints d’une cancer localisé de la prostate de ne pas le prescrire l. Cette position rejoint la récente recommandation scientifique du National Institute for Health and Clinical Excellence [2] qui conseille ce traitement comme un adjuvant à la radiothérapie pendant un minimum de deux ans chez des malades dont le score de Gleason est égal ou supérieur à 8, et de ne pas le prescrire après prostatectomie. »

[Suit une analyse des études observationnelles, que vous pouvez lire sur le site original]

Notes

  1. [1] Lu Yao G L. and al Survival following primary androgen deprivation therapy among men with localised prostate cancer. JAMA 2008 ; 3000 : 173-181
  2. [2] NICE Prostate cancer Clinical Guide 58 ; 27 february 2008
  3. [3] Hernan M A and al Instruments for causal inférence : an epidemiologist’s dream Epidemiology 2006 ; 17 : 360-372.
  4. [4] Bratman L E. Rare outcomes, common treatments : analytic strategies using propensity scores Ann Intern Med. 2002 ; 137 : 693-696
  5. [5] Stukel TA.Analysis of observational studies in the presence of selections bias. Effects of invasive cardiac management on AMI survival using propensity score and instrumental variable methods. JAMA 2007 ;297 :278-285